Quand consulter et pour quoi ?

Bien souvent, le système « corps/esprit » nous envoie des signaux…Quelque chose ne va pas, il y a un manque d’harmonie, d’équilibre, de joie ou de légèreté dans notre vie. On se sent vulnérable, il y a comme un manque de cohérence avec nous-même. Il devient de plus en plus difficile de « composer » avec la réalité.

Parfois, c’est le corps qui nous interpelle et qui nous raconte ses états d’âme à travers ses tensions et ses maux… Douleurs chroniques ou ponctuelles, mal de dos, maux de tête à répétition, mauvais sommeil, manque de tonus… On traîne des pieds, un jour pousse l’autre. Le médecin ne constate pas de troubles particuliers mais on manque de peps !
Cela peut être des signaux d’ordre émotionnel : timidité extrême, émotivité débordante, sentiment d’injustice, de colère, d’insatisfaction chronique. Une sensation de tristesse un peu trop présente, des peurs irrationnelles, un manque de confiance en soi… Une situation récurrente nous interpelle : face à une problématique donnée, le même schéma se reproduit (relation amoureuse, monde professionnel, vie financière…).
Certaines situations viennent également perturber notre équilibre : un deuil, un changement de situation familiale ou professionnelle, un simple déménagement…On se rend compte que l’on a dépassé le temps « normal » d’adaptation et qu’on arrive pas à se « retrouver ».
Chez l’enfant, l’alerte est souvent donnée via des problèmes d’ordre scolaire ou relationnel : difficultés d’apprentissage, de concentration, peur des contrôles ou stress des examens exagéré. mais aussi les problèmes sommeil, la difficulté à se séparer, les troubles urinaires …

L’approche kinésiologique permet d’identifier les causes de conflits intérieurs et de mal être, en pénétrant, en quelque sorte, dans la base de données (constituée par les programmes familiaux, les croyances que nous avons tirées des expériences du passé, les traumatismes, les échecs…) par le test musculaire.
Ce « feed-back » biologique nous permet de mettre en lumière des informations non conscientisées, subconscientes ou corporelles. Ces informations peuvent alors raconter une histoire bien différente de ce que nous pouvons penser ou dire consciemment…

L’étape suivante consiste à libérer les blocages, les inhibitions ou les douleurs liés au stress en dissociant la charge émotionnelle négative associée aux évènements. C’est l’intensité de cette charge émotionnelle négative qui nous affecte et nous maintient prisonniers de nos systèmes de croyances, de nos jugements sur nous-mêmes et le monde qui nous entoure.

En prenant de la distance par rapport aux évènements qui ont jalonnés notre vie nous pourrons changer notre regard sur notre histoire. Changer de regard nous permet de nous responsabiliser par rapport à cette histoire et sortir de l’état de victime. Nous ne subissons plus une histoire : cette nouvelle perspective nous permet enfin de (re)devenir les acteurs de notre vie et non plus de la subir comme une fatalité !

Nous pouvons alors comprendre que nous sommes l’unique source de notre bonheur, de notre mieux-être et que c’est en nous changeant nous-mêmes que nous serons à même de modifier les circonstances de notre existence. Il s’agit simplement de nous réapproprier notre propre pouvoir afin d’être libre de prendre les meilleures décisions pour nous-mêmes et de les appliquer.